Logo Espaces temps Espaces temps

Premier atelier de design collaboratif du projet Manivelle à la Bibliothèque Gabrielle-Roy

Premier atelier de design collaboratif du projet Manivelle à la Bibliothèque Gabrielle-Roy

C’est lancé! Nous avons organisé le 13 décembre dernier le premier atelier de co-création du projet Manivelle à la bibliothèque Gabrielle-Roy de Québec. N’hésitant pas à utiliser leur samedi après-midi pour contribuer au projet, les participants nous ont surpris par leur enthousiasme: l’atelier a rassemblé 21 usagers de la bibliothèque, dont 7 employés.

L’objectif de cet après-midi de cocréation était double. Nous cherchions d’abord à comprendre la perception des usagers de la bibliothèque vis-à-vis des dispositifs de diffusion d’information, et en particulier des écrans dans l’espace public. Nous voulions également mobiliser la créativité des participants pour qu’ils imaginent le dispositif d’information numérique idéal. Ces deux volets (critique et constructif) ont permis d’établir des recommandations pour l’équipe de design du projet.

Pour y arriver, nous avons divisé l’atelier en 3 parties :

  • Une activité brise glace pour partager des souvenirs liés à l’objet «manivelle»
  • Un exercice de critique constructive des supports d’informations publics actuels
  • Une séance de prototypage papier et leur présentation

Souvenirs de Manivelle

Comme activité «brise glace» nous avons d’abord invité les participants à se remémorer des souvenirs associés à l’objet «manivelle». Cet exercice a permis de partager des anecdotes touchantes, amusantes et parfois nostalgiques. De manière générale l’objet évoque des souvenirs positifs associés à l’enfance, à l’émerveillement et au plaisir de déclencher une action ou un mouvement.

« Quand on était enfants, ma mère utilisait un hachoir à viande et le dernier des enfants qui tournait la manivelle avait le droit de manger le bout de jambon restant, alors on se chamaillait pour tourner la manivelle!».

Perception des dispositifs existants

L’espace public est déjà peuplé par nombres d’écrans et d’autres dispositifs d’informations. Nous avons voulu avec cette deuxième activité explorer les perceptions et les critiques des participants.

Comme support à la discussion, des images accompagnées de narratifs représentant des projets de diffusion de l’information (par exemple: radio alternative, affiches traditionnelles, écrans publicitaires, etc.) ont été distribuées aux participants rassemblés en 5 équipes. Ceux-ci devaient alors identifier les points positifs et négatifs.

Les usagers ont généralement exprimé une préférence pour des contenus visuels, artistiques, basés sur la perception, l’impression, la spontanéité. On retient également leur souci pour l’environnement et une préoccupation pour l’accessibilité universelle. La majorité des participants craignaient la pollution visuelle générée par l’accumulation des dispositifs. Enfin, ils souhaitaient accéder à du contenu original, exclusif ou alternatif qu’il est possible d’influencer et de s’approprier.

Prototypage papier et présentation

Les participants ont finalement été amenés à imaginer et fabriquer leur écran en bibliothèque idéale. Une première réflexion individuelle a permis à chacun d’imaginer la place que Manivelle pourrait occuper dans son expérience de la bibliothèque, suite à laquelle des discussions en équipe ont permis de s’entendre sur un concept en tenant compte des points de vue que chacun avait pu développer.

Les participants se sont ensuite rapidement approprié colle, papier, ciseaux, magazines et feutres pour construire leur vision de Manivelle. Le résultat: 5 prototypes tous plus créatifs et surprenants les uns que les autres que les participants ont présenté au reste du groupe.

Parmi les points principaux proposés par les participants, on retient entre autres: la valorisation de l’expertise humaine, la génération de surprises, et l’importance accordée à la créativité, au visuel et à l’imaginaire. Manivelle est ainsi envisagée comme un outil complémentaire au service offert par la bibliothèque permettant d’en enrichir l’expérience.

Au niveau de l’usage, on note qu’il est souvent pensé de manière collective ou simultané, en particulier pour les adultes accompagnés d’enfants mais aussi pour les groupes de jeunes. Au niveau des contenus, on remarque un goût pour les contenus qu’on pourrait qualifier de plus légers (« art de vivre » ou « objet du mois » par exemple) et on souhaite que leur consultation soit une expérience de découverte agréable en soi.

Pour ce qui est de l’intégration dans la bibliothèque, les participants expriment leur préoccupation quant au choix de l’emplacement qui doit être relativement privé. Certains abordent même l’idée de la mobilité, imitant le système d’emprunt de livre et affirment leur désir que la manivelle soit teintée d’une certaine identité du lieu à l’échelle de leur bibliothèque et de leur quartier.

La suite !

Merci à tous les usagers et au personnel de la bibliothèque Gabrielle Roy pour leur temps, leur ouverture d’esprit et leur créativité! Nous avons passé une superbe journée en leur compagnie et les résultats sont impressionnants! Les données recueillies sont d’une grande aide pour l’équipe de design qui travaille en ce moment à des concepts inspirés de cette journée. Un second atelier aura lieu à la bibliothèque Georgette Lepage à Brossard, nous sommes curieux de voir si nos observations et les recommandations formulées grâce à ce premier atelier seront confirmées!