Logo Espaces temps Espaces temps

Test de la version bêta «Protoplywood» de Manivelle

Test de la version bêta «Protoplywood» de Manivelle

Ça y est! Le projet Manivelle est arrivé à un jalon important dans son développement : l’évaluation de la version «bêta 1». Nous sommes particulièrement enthousiastes de tester le produit lors de journées de tests à la bibliothèque Gabrielle-Roy à Québec ainsi qu’à la bibliothèque de Brossard. La Manivelle Bêta 1 (que nous appelons affectueusement Protoplywood) vise à valider les fonctions de base du produit. Les citoyens et citoyennes pourront donc interagir pleinement avec toutes les fonctionnalités de Manivelle. Il sera possible de voir les affiches numériques diffusées par nos partenaires et d’interagir de manière dynamique avec les contenus. En interagissant avec la Manivelle, une foule de renseignements pertinents sera à la disposition de l’usager de la bibliothèque.

Transformer la conception de l’affichage dans le milieu culturel et dans l’espace public

Nous pensons que Manivelle peut transformer la manière dont on conçoit l’affichage dans des espaces publics et culturels. Puisque c’est quelque chose qui a le potentiel de changer le rapport des gens à l’espace et à l’affichage, nous pensons que nous gagnerions beaucoup à prendre un peu de recul pour écouter ce qu’ils et elles ont à dire sur la manière dont nous avons exécuté ce projet. En ce sens, nous aimerions discuter de l’expérience d’utilisateur et d’utilisatrice par la suite pour mieux orienter notre travail. Le dialogue que nous engagerons avec les citoyens permettra de penser de manière concrète comment bien intégrer une infrastructure d’affichage dynamique numérique culturelle dans l’écosystème d’une bibliothèque. C’est l’occasion pour nous de voir avec les gens comment il est possible de repenser certains détails quant à une forme d’affichage culturel numérique qui fait rupture avec une finalité purement publicitaire.

Nous nous ferons un grand plaisir de vous présenter la Manivelle en phase bêta 1 et de discuter avec vous à la bibliothèque Gabrielle-Roy le 6 mai et à la bibliothèque de Brossard le 13 mai.

Journée d'observation à la Bibliothèque de l'École de technologie supérieure

Journée d'observation à la Bibliothèque de l'École de technologie supérieure

Nous voila de retour après plusieurs journées d’étude du terrain dans la bibliothèque de l’École de technologie supérieure (ÉTS)! Nos objectifs étaient d’identifier les besoins et les contraintes liés à la gestion des contenus pour l’administrateur, d’étudier les dispositifs d’écrans déjà en place et enfin d’approfondir les enjeux ayant émergé du premier et du second atelier.

Puisque la bibliothèque est liée à une école d’ingénieurs, elle est un peu différente des autres bibliothèques partenaires du projet Manivelle: ses collections sont orientées vers de la documentation technique et les étudiants recherchent davantage des outils de travail que des lectures de loisir. Puisqu’ils appartiennent pour la majorité à la génération native du numérique, l’étude de ces usagers habitués aux technologies fut particulièrement intéressante. Aussi, la bibliothèque a déjà bien amorcé son passage au numérique et plus de la moitié de la collection de la bibliothèque est maintenant électronique. La bibliothèque est donc particulièrement intéressée par la fonction de mise en valeur des collections numériques qu’offrira Manivelle.

Des enjeux autour de l’administration des contenus

La bibliothèque possède plusieurs écrans de télévision qu’elle utilise pour diffuser des informations générales. En nous intéressant à ces écrans, nous avons identifié entre-autres un enjeu de manque de temps pour les bibliothécaires qui a des répercussions sur la création et la gestion des contenus. En réponse à cette limite de temps disponible pour l’administration du dispositif, nous envisageons les pistes de solutions suivantes pour donner accès à davantage de contenu déjà formaté: créer un réseau de diffusion solidaire où chaque détenteur de Manivelle pourrait téléverser les informations qu’il souhaite ouvrir à la communauté Manivelle, un service d’accompagnement dans la création de contenu ponctuel ou encore un abonnement régulier à des contenus originaux et d’actualité créés à l’externe.

Une conversation avec la bibliothécaire en charge de la gestion des contenus à la bibliothèque de l’ÉTS nous a aussi permis d’identifier les besoins et principales contraintes pour l’interface d’administration des écrans, comme par exemple, la possibilité de prévisualiser les présentations et de naviguer dans leur contenu avant de le diffuser sur les écrans, le besoin d’une fonction « date de péremption » pour retirer automatiquement les informations qui ne sont plus d’actualité comme les événements passés par exemple et la possibilité de mettre de l’avant certains contenus, par exemple un événement ayant lieu le jour même.

Des routines d’usages à prendre en compte

Parmi les usages observés dans la bibliothèque, on retient l’habitude de noter une cote sur un papier ou de la prendre en photo avec un téléphone cellulaire, ce qui nous confirme l’intérêt d’une fonction d’export des informations, que ce soit via courriel, SMS ou encore en version papier.

Par ailleurs, nous avons observé que certains étudiants viennent passer 20 à 30 minutes à la bibliothèque, sans doute dans l’attente d’un transport ou d’un rendez-vous. Nous imaginons donc qu’il pourrait être intéressant de proposer des lectures pour « passer 20 minutes » mais cette idée reste à confirmer, en particulier dans d’autres bibliothèques et avec d’autres publics.

Enfin, nous apprenons qu’une des principales nuisances perçue par les étudiants de l’ÉTS au contact des écrans actuellement présents dans la bibliothèque est le changement d’image brusque entre les différentes diapositives. En effet, ceux-ci viennent chercher le calme en bibliothèque et ce « flash » les déconcentre dans leur travail. On peut penser que ce phénomène sera un enjeu dans toutes les bibliothèques mais il sera relativement facile à prendre en compte en proposant par exemple un rythme de défilement plus lent et des transitions plus douces entre les contenus affichés.

Des opportunités de présentation de contenus

En étudiant les postes informatiques de recherche et les comportements des étudiants, nous avons observé une tendance récurrente à faire des recherches de la même manière que sur le moteur de recherche Google, alors que les catalogues des bibliothèques sont conçus pour fonctionner par mots clefs faisant référence aux « vedettes matières », ce qui provoque des frustrations chez certains usagers qui jugent le dispositif non-performant et l’opération de recherche fastidieuse. De manière générale, les usagers ne sont pas familiers avec le système de classement des bibliothèques, malgré les avantages certains du système de classification, entre-autres le regroupement dans l’espace des livres sur un même sujet.

À priori, mettre en valeur cet avantage dans Manivelle semblait être une piste intéressante pour répondre à une des attentes principales énoncée par les usagers lors des deux premiers ateliers: provoquer des découvertes inattendues. Cependant, après discussion avec 2 des bibliothécaires de l’équipe d’Espaces temps: Maryline et Élisabeth, il est apparu encore plus intéressant de se positionner de manière complémentaire à cette classification. En effet, Le système de classification est très intéressant dans l’espace physique mais souffre de quelques lacunes qui pourraient être comblées par un dispositif numérique comme Manivelle. Manivelle pourrait ainsi rapprocher virtuellement des livres qui, de par la classification, sont condamnés à être séparés les uns des autres. Nous voyons donc ici l’opportunité de créer des présentations thématiques de « livres isolés » qui pourraient être propres à chaque bibliothèque selon les intérêts des usagers et les caractéristiques de la collection locale.

Positionnement du service et intégration à long terme

Ces séances d’observation et les conversations tant avec les usagers sur place qu’avec les employés de la bibliothèque nous ont permis de mieux envisager le positionnement du service de Manivelle dans l’écosystème des bibliothèques et nous permet de bien comprendre les points critiques pour favoriser l’intégration et le maintien de la qualité des contenus de Manivelle à long terme.

Deuxième atelier de design collaboratif du projet Manivelle à la Bibliothèque Georgette-Lepage

Deuxième atelier de design collaboratif du projet Manivelle à la Bibliothèque Georgette-Lepage

Enthousiastes à l’idée de vérifier certaines hypothèses émises par les participants du premier atelier, nous avons organisé une seconde journée de co-création en partenariat avec la Bibliothèque Georgette-Lepage à Brossard. La bibliothèque étant déjà pourvue de plusieurs types d’écrans d’affichage ou de consultation de contenus et de bornes d’information, nous savions que certains participants apporteraient des points de vue expérimentés au projet.

Critiquer et discuter

Comme pour le précédent atelier, une première partie a consisté en un exercice critique nous permettant de comprendre la relation que les usagers entretiennent avec les dispositifs de diffusion de l’information, en particulier les écrans et les livres numériques, mais aussi les affiches traditionnelles, les moteurs de recherche en ligne et le dictionnaire.

De cet exercice, nous retenons que, tout comme les participants de l’atelier de Québec, les usagers présents à Brossard sont séduits par les contenus visuels, créatifs, variés et redoutent les “fourre-tout” à information. Ils aiment que le contenu soit synthétisé, vulgarisé et mis en valeur. Le désir d’accéder à du contenu culturel, social et local se confirme également.

Un des aspects particulièrement mis de l’avant dans ce groupe d’usagers est la possibilité de faire des découvertes inattendues de manière ludique. De même, ce que les participants nomment « charges administratives » - étapes qui empêchent d’accéder directement au contenu - comme la création d’identifiant, l’entrée de mot de passe, la sélection parmi des menus ou des onglets sont totalement rejetées. En revanche, les participants souhaitent une personnalisation de l’affichage des contenus suivant l’âge ou les intérêts de chacun, concilier ces deux éléments constituera donc un défi pour notre équipe de conception!

Quand nous avons abordé les livres numériques, les participants ont identifié un enjeu primordial qui est celui de révéler le caractère distinctif de chacun des livres, et en effet, contrairement aux rayonnages des bibliothèques, les dispositifs de recherche informatisés à leur disposition actuellement ne leur permettent pas de feuilleter les documents!

Crayons, papier, ciseaux!

Après la critique, place à l’atelier de prototypage! Les équipes ont ainsi pu concrétiser les visions que chacun pouvait avoir de Manivelle et les présenter aux autres participants. À notre grande surprise, 3 équipes sur 5 avaient imaginé le dispositif sous la forme d’une table pour faciliter l’accessibilité pour tous et une utilisation prolongée relativement plus confortable. Malheureusement, ce type d’installation ne permet pas une des fonctions qui nous tient à coeur, à savoir l’affichage d’activités et événements. Cependant, nous gardons en tête l’impératif d’accessibilité pour le plus grand nombre.

Parmi les propositions des participants, on retient la possibilité d’offrir une composante collaborative pour favoriser les échanges et promouvoir la bibliothèque comme lieu d’activités, de culture et d’action sociale gratuit et ouvert à tous, au delà des livres. Manivelle pourrait ainsi être un moyen de rassembler et faire vivre la communauté en permettant par exemple aux lecteurs d’évaluer les livres ou en diffusant des photos d’événements passés et de projets locaux. Aussi, les participants insistent tout particulièrement - et avec raison - pour la prise en considération des utilisateurs à priori moins à l’aise avec les technologies numériques, en travaillant l’ergonomie et un menu d’aide ou mode d’emploi.

Enfin, la fonction d’information sur les nouveautés semble faire l’unanimité chez les participants qui s’imaginent consulter Manivelle à leur arrivée pour se tenir au courant de ce qui a changé dans la bibliothèque depuis leur dernière visite: des contenus en lien avec l’actualité et une rubrique “quoi de neuf” ou “activités de la semaine” sont suggérés.

Des débats

Plusieurs points ont fait l’objet de discussions animées entre les participants. Par exemple, la possibilité d’une option de communication de type “Skype” semble être une évidence pour certains mais représente un risque d’achalandage et de bruit gênant pour d’autres. De même, donner l’accès au contenu de Manivelle en dehors des bibliothèques est considéré comme indispensable par certains tandisque d’autre estiment que certaines informations doivent être exclusives pour attirer plus de visiteurs dans les bibliothèques. Ainsi, la perception de Manivelle à l’extérieur des bibliothèques est tantôt une extension de la bibliothèque hors de ses murs, tantôt un outil promotionnel ramenant l’usager vers le lieu physique où il trouvera du contenu exclusif.

Une métaphore

Lors de la discussion concluant l’atelier, un participant propose une métaphore qui résume bien les contributions des participants: Manivelle serait le “GPS” de la bibliothèque, permettant de mieux naviguer dans la bibliothèque et ses contenus, représentant la curiosité, incitant à s’amuser, découvrir de nouveaux contenus et guidant les utilisateurs dans leurs choix comme un “GPS” aiderait à prendre des décisions d’orientation.

Merci!

L’équipe de la bibliothèque de Brossard et ses usagers ont ainsi apporté une belle contribution au projet Manivelle et un concept de plus en plus solide commence à se dégager de ces activités intégrant les usagers. Notre prochain arrêt en bibliothèque approfondira les questions soulevées par les usagers lors des deux premiers ateliers et aura lieu dans la bibliothèque de l’ÉTS. Il prendra la forme de deux journées d’observation en contexte et d’entrevues avec les employés et d’autres usagers, à bientôt!

Premier atelier de design collaboratif du projet Manivelle à la Bibliothèque Gabrielle-Roy

Premier atelier de design collaboratif du projet Manivelle à la Bibliothèque Gabrielle-Roy

C’est lancé! Nous avons organisé le 13 décembre dernier le premier atelier de co-création du projet Manivelle à la bibliothèque Gabrielle-Roy de Québec. N’hésitant pas à utiliser leur samedi après-midi pour contribuer au projet, les participants nous ont surpris par leur enthousiasme: l’atelier a rassemblé 21 usagers de la bibliothèque, dont 7 employés.

L’objectif de cet après-midi de cocréation était double. Nous cherchions d’abord à comprendre la perception des usagers de la bibliothèque vis-à-vis des dispositifs de diffusion d’information, et en particulier des écrans dans l’espace public. Nous voulions également mobiliser la créativité des participants pour qu’ils imaginent le dispositif d’information numérique idéal. Ces deux volets (critique et constructif) ont permis d’établir des recommandations pour l’équipe de design du projet.

Pour y arriver, nous avons divisé l’atelier en 3 parties :

  • Une activité brise glace pour partager des souvenirs liés à l’objet «manivelle»
  • Un exercice de critique constructive des supports d’informations publics actuels
  • Une séance de prototypage papier et leur présentation

Souvenirs de Manivelle

Comme activité «brise glace» nous avons d’abord invité les participants à se remémorer des souvenirs associés à l’objet «manivelle». Cet exercice a permis de partager des anecdotes touchantes, amusantes et parfois nostalgiques. De manière générale l’objet évoque des souvenirs positifs associés à l’enfance, à l’émerveillement et au plaisir de déclencher une action ou un mouvement.

« Quand on était enfants, ma mère utilisait un hachoir à viande et le dernier des enfants qui tournait la manivelle avait le droit de manger le bout de jambon restant, alors on se chamaillait pour tourner la manivelle!».

Perception des dispositifs existants

L’espace public est déjà peuplé par nombres d’écrans et d’autres dispositifs d’informations. Nous avons voulu avec cette deuxième activité explorer les perceptions et les critiques des participants.

Comme support à la discussion, des images accompagnées de narratifs représentant des projets de diffusion de l’information (par exemple: radio alternative, affiches traditionnelles, écrans publicitaires, etc.) ont été distribuées aux participants rassemblés en 5 équipes. Ceux-ci devaient alors identifier les points positifs et négatifs.

Les usagers ont généralement exprimé une préférence pour des contenus visuels, artistiques, basés sur la perception, l’impression, la spontanéité. On retient également leur souci pour l’environnement et une préoccupation pour l’accessibilité universelle. La majorité des participants craignaient la pollution visuelle générée par l’accumulation des dispositifs. Enfin, ils souhaitaient accéder à du contenu original, exclusif ou alternatif qu’il est possible d’influencer et de s’approprier.

Prototypage papier et présentation

Les participants ont finalement été amenés à imaginer et fabriquer leur écran en bibliothèque idéale. Une première réflexion individuelle a permis à chacun d’imaginer la place que Manivelle pourrait occuper dans son expérience de la bibliothèque, suite à laquelle des discussions en équipe ont permis de s’entendre sur un concept en tenant compte des points de vue que chacun avait pu développer.

Les participants se sont ensuite rapidement approprié colle, papier, ciseaux, magazines et feutres pour construire leur vision de Manivelle. Le résultat: 5 prototypes tous plus créatifs et surprenants les uns que les autres que les participants ont présenté au reste du groupe.

Parmi les points principaux proposés par les participants, on retient entre autres: la valorisation de l’expertise humaine, la génération de surprises, et l’importance accordée à la créativité, au visuel et à l’imaginaire. Manivelle est ainsi envisagée comme un outil complémentaire au service offert par la bibliothèque permettant d’en enrichir l’expérience.

Au niveau de l’usage, on note qu’il est souvent pensé de manière collective ou simultané, en particulier pour les adultes accompagnés d’enfants mais aussi pour les groupes de jeunes. Au niveau des contenus, on remarque un goût pour les contenus qu’on pourrait qualifier de plus légers (« art de vivre » ou « objet du mois » par exemple) et on souhaite que leur consultation soit une expérience de découverte agréable en soi.

Pour ce qui est de l’intégration dans la bibliothèque, les participants expriment leur préoccupation quant au choix de l’emplacement qui doit être relativement privé. Certains abordent même l’idée de la mobilité, imitant le système d’emprunt de livre et affirment leur désir que la manivelle soit teintée d’une certaine identité du lieu à l’échelle de leur bibliothèque et de leur quartier.

La suite !

Merci à tous les usagers et au personnel de la bibliothèque Gabrielle Roy pour leur temps, leur ouverture d’esprit et leur créativité! Nous avons passé une superbe journée en leur compagnie et les résultats sont impressionnants! Les données recueillies sont d’une grande aide pour l’équipe de design qui travaille en ce moment à des concepts inspirés de cette journée. Un second atelier aura lieu à la bibliothèque Georgette Lepage à Brossard, nous sommes curieux de voir si nos observations et les recommandations formulées grâce à ce premier atelier seront confirmées!

Le réseau Manivelle soutenu à hauteur de 40 000$ par le Fonds d’initiative et de rayonnement de la métropole

Le réseau Manivelle soutenu à hauteur de 40 000$ par le Fonds d’initiative et de rayonnement de la métropole

Montréal, le 29 janvier 2015 – Espaces temps est fier d’annoncer l’appui du Fonds d’initiative et de rayonnement de la métropole (FIRM) pour son projet de réseau affichage numérique Manivelle. En plus de l’investissement de 40 000$, ce partenariat renforce le positionnement du projet comme composante essentielle de la métropole intelligente.

Disponible à l’automne 2015, Manivelle sera le premier réseau d’affiches numériques facilitant la promotion, la circulation et la découverte de contenus culturels, scientifiques et citoyens. Déployées dans des espaces publics et semi-publics, elles permettront aux utilisateurs d’approfondir l’expérience des lieux qu’ils fréquentent et aux promoteurs d’augmenter la portée de leurs messages.

Il est possible d’en apprendre d’avantage sur le projet Manivelle en visitant http://manivelle.io.

Renseignements:
Simon Emmanuel Roux
Directeur du financement et des projets spéciaux
[email protected]
514 669-3789

5 ans du Mur Mitoyen

5 ans du Mur Mitoyen

la plateforme web de diffusion d’événements s’étend à l’échelle du Québec et à l’international

Montréal, le 19 novembre 2014 – La plateforme web collaborative Mur Mitoyen, initiée à Montréal en 2009, a fêté hier ses 5 ans et annoncé la nouvelle version de sa plateforme, le lancement de son application mobile et la croissance de son réseau à l’échelle du Québec et de la France. Né du besoin citoyen d’avoir une meilleure connaissance des événements à Montréal, au-delà de ce qui est abondamment rapporté dans les médias culturels, Mur Mitoyen est aujourd’hui le plus grand réseau de diffusion d’information événementielle au Québec. Depuis 5 ans, Mur Mitoyen a permis la diffusion de 250 000 événements, créés par plus de 5 000 organismes dans 5 000 lieux à travers Montréal, le Québec et la France.

La volonté initiale de mise en valeur de l’activité culturelle, scientifique et citoyenne s’est rapidement transformée, d’un simple calendrier collaboratif montréalais à un vaste réseau de diffusion d’information événementielle. « Depuis les débuts, Mur Mitoyen est un projet indépendant, ouvert, libre, participatif, qui aspire à rendre visible la diversité et le dynamisme des acteurs du territoire » partage Vincent Chapdelaine, fondateur du Mur Mitoyen et directeur général d’Espaces temps. « Nous devons beaucoup à notre incroyable communauté d’utilisateur-trices et de partenaires, qui croient en ce grand projet, et nous permet de le réaliser à travers un modèle d’économie sociale qui se développe tranquillement à l’échelle québécoise et à l’international. »

En 2013, le modèle du Mur Mitoyen a été récompensé lors des prestigieuses Rencontres du Mont-Blanc, le sommet international des dirigeants de l’économie sociale à Chamonix qui souligne chaque année l’excellence de deux projets à l’échelle internationale. Depuis, Mur Mitoyen planifie son lancement en France, à travers la structure Espaces temps France basée à Brest.

C’est en présence de plus de 250 utilisateur-trices, ami-e-s, partenaires et collaborateur-trices de tous les milieux, réunis hier à la Sala Rossa, que l’équipe du Mur Mitoyen a procédé à une série d’annonces, et a remercié sa communauté pour le chemin parcouru depuis les origines.

À propos du Mur Mitoyen

Mur Mitoyen est un projet qui permet d’afficher de manière structurée et ouverte l’ensemble des événements d’une ville, d’une région, d’un secteur d’activité ou d’une organisation dans l’objectif de contribuer à la circulation libre de l’information territoriale. Le projet a été initié en 2009 par Espaces temps, une entreprise d’économie sociale montréalaise ayant pour mission de favoriser la circulation de l’information et des connaissances.

Voyez les photos de l’événement sur notre page Facebook

Il nous ferait plaisir de travailler avec vous.